top of page

Premiers éléments

Dernière mise à jour : 3 juil.

Quelques éléments d'une proposition de système


Inscription de la nature dans la Constitution

  • Reconnaître les droits de la nature dans la Constitution française.

  • Établir le principe de non-régression environnementale.

  • Créer un "Défenseur de l'environnement" indépendant, sur le modèle du Défenseur des droits.

  • Imposer une évaluation de l'impact environnemental pour toute nouvelle loi ou grand projet.

  • Intégrer le respect des limites planétaires dans les processus décisionnels à tous les niveaux de gouvernance.

  • Réduire le nombre de députés à 400.

  • Introduire une dose de proportionnelle (25%) pour une meilleure représentativité.

  • Créer des commissions thématiques permanentes avec des experts externes.

  • Augmenter significativement les budgets des communes.

  • Revaloriser les salaires des maires, adjoints et conseillers municipaux.

  • Donner plus d'autonomie aux collectivités locales sur certaines décisions (urbanisme, environnement, culture).

  • Établir des conseils composés de citoyens tirés au sort dans chaque commune.

  • Ces conseils auraient un pouvoir consultatif sur les décisions locales importantes.

  • Encourager le télétravail et les espaces de coworking locaux.

  • Créer des "centres de vie communautaire" combinant espaces de travail, loisirs, et services publics.

  • Mettre en place des programmes de formation continue accessibles à tous.

  • Renforcer la coopération entre communes, départements et régions.

  • Créer des "projets de territoire" impliquant tous les niveaux de gouvernance.

  • Développer une plateforme nationale sécurisée pour les consultations citoyennes.

  • Permettre aux citoyens de proposer des projets locaux et nationaux.

  • Favoriser les circuits courts et l'économie locale.

  • Encourager les monnaies locales complémentaires.

  • Expérimenter la semaine de 4 jours dans certains secteurs.

  • Encourager le partage du temps de travail et les mi-temps choisis.

  • Introduire des cours d'éducation civique pratique dès le plus jeune âge.

  • Organiser des "journées citoyennes" régulières dans les communes.

  • Mettre en place des indicateurs de bien-être et de satisfaction citoyenne.

  • Organiser des "États généraux" tous les 5 ans pour ajuster le système.


Bénéfices potentiels d'une nouvelle forme république


En se basant sur les arguments avancés par les partisans d'une 6ème République, voici 5 bénéfices potentiels qui pourraient être observés rapidement après un changement de constitution :

  1. Un meilleur équilibre entre l'exécutif et le législatif pourrait être instauré immédiatement, réduisant la concentration du pouvoir et favorisant un débat politique plus riche et diversifié.

  2. L'introduction de mécanismes de démocratie directe, comme le référendum d'initiative citoyenne (RIC), permettrait aux citoyens de s'impliquer plus directement dans les décisions politiques dès la mise en place de la nouvelle constitution.

  3. Un changement constitutionnel pourrait s'accompagner de nouvelles règles sur le cumul des mandats ou leur durée, favorisant rapidement l'émergence de nouveaux visages en politique.

  4. De nouvelles dispositions constitutionnelles pourraient imposer une plus grande transparence dans le fonctionnement des institutions et la gestion des fonds publics, visible à court terme.

  5. L'inscription de la protection de l'environnement comme principe fondamental dans la constitution pourrait avoir un impact immédiat sur la législation et les politiques publiques.


Arguments opposées à une réforme


  1. Ils estiment que la 5ème République a apporté une stabilité politique bénéfique, contrairement aux régimes précédents. Changer de constitution pourrait, selon eux, engendrer une période d'instabilité.

  2. Ils arguent que la constitution actuelle est suffisamment souple pour permettre des ajustements sans nécessiter un changement radical.

  3. Certains craignent qu'un rééquilibrage des pouvoirs ne mène à des blocages institutionnels, notamment en cas de cohabitation.

  4. Une réforme constitutionnelle majeure serait coûteuse et complexe à mettre en œuvre, mobilisant des ressources qui pourraient être utilisées ailleurs.

  5. Ils pensent qu'un affaiblissement du pouvoir exécutif pourrait réduire la capacité de l'État à agir rapidement en cas de crise.

  6. Certains voient la 5ème République comme partie intégrante de l'identité politique française et craignent qu'un changement n'érode cette tradition.

  7. Ils estiment que d'autres problèmes (économie, sécurité, etc.) sont plus urgents qu'une réforme constitutionnelle.

  8. Ils doutent qu'un changement de constitution résolve réellement les problèmes politiques et sociaux du pays.

  9. Certains craignent que des mécanismes de démocratie directe ne favorisent des décisions populistes à court terme.

  10. Ils valorisent la capacité du système actuel à produire un leadership fort et identifiable.

14 vues

Comments


Recevoir l'actualité

Bienvenue :)

bottom of page